Rencontres et débats organise une conférence sur « La fin du village, miroir du malaise français » le mardi 14 octobre 20h30 au Théâtre Benoît XII à Avignon.

Avec Jean-Pierre Le Goff

Sociologue au CNRS, président du club Politique Autrement. Il est l’auteur, entre autres, de Mai 68, L’héritage impossible, La démocratie post-totalitaire, La France morcelée, La gauche à l’épreuve. Ses ouvrages explorent les bouleversements qui entraînent la société française dans une post-modernité problématique. Dans son dernier livre La Fin du village (Ce livre a reçu le grand prix historique de Provence de l’Académie de Marseille 2012, le prix Montaigne 2013, le prix du Mémorial de la ville d’Ajaccio 2013, le prix Briguet de l’Académie française 2013), il souligne les fractures sociales et culturelles, les nouveaux défis, à rebours des clichés et d’une vision idéalisée de la Provence. Entre nostalgie et fuite en avant, entre anciens et nouveaux habitants, quelles perspectives et quel avenir commun.

La fin du village, miroir du malaise français

L’image de la France a été longtemps associée à un certain art de vivre, à la vie rurale avec son village et son clocher. Le divorce n’en est pas moins frappant entre cette image et la réalité : urbanisation et nouveaux modes de vie, développement du management, du loisir et du tourisme de masse… sur fond de chômage de masse et d’individualisme. À l’ancienne collectivité rude mais solidaire a succédé un nouveau monde ouvert et bariolé où individus et réseaux divers coexistent dans un même ensemble sans projet commun. Les fractures sociales se doublent de fractures culturelles concernant le travail, la famille et l’éducation des enfants, le rapport à l’environnement… mettant en jeu des conceptions différentes de la vie individuelle et collective. À l’heure du changement et de la mondialisation, l’attachement à un passé idéalisé demeure présent, faute d’une vision positive de l’avenir. La « fin du village » est le microcosme et le miroir du mal-être français.